L’idée du territoire, une exploration des collections — 2018

L’idée du territoire, une exploration des collections : Edmund Alleyn, Kittie Bruneau, Maude Connolly, Stanley Cosgrove, Andrée S. De Groot, Yves Gaucher, Rita Letendre, Monique Mongeau, Kananginak Pootoogook, René Richard, Françoise Sullivan; l’Herbier et les archives du frère Marie-Victorin; des objets et outils des Inuits Netsilik destinés à la chasse au phoque sur la banquise; un épisode de la série documentaire The Netsilik Eskimo, sous la direction anthropologique d’Asen Balikci.

L’idée du territoire. Ou encore, la représentation mentale d’un territoire caractérisé en bonne partie par le froid. Et donc peut-être aussi l’idée du Nord – celle qui était jusqu’à tout récemment nimbée d’une aura de permanence, voire d’éternité, laquelle semble s’être depuis lors brutalement évaporée. Aujourd’hui, le Nord est le théâtre de changements très rapides sur le plan du climat comme sur le plan humain, et l’inauguration en 2017 d’une nouvelle route qui mène jusqu’à l’Arctique cristallise en quelque sorte ce mouvement de translation qui s’opère vers le Nord. Le Nord qui définit d’ailleurs en grande partie la biodiversité canadienne et québécoise : il se trouve au cœur même du processus de sélection des espèces d’oiseaux, de mammifères et de végétaux qui composent nos paysages. Il habite l’imaginaire des Premiers Peuples et particulièrement celui des Inuits, dont le mode de vie et la culture ont été profondément bouleversés par la colonisation européenne. L’image du territoire a également animé les recherches d’artistes et de scientifiques qui ont tenté de mieux comprendre ces étendues sur lesquelles nous nous tenons. Située à la croisée des arts visuels, de l’anthropologie et de la botanique, cette exposition s’intéresse aux rapports complexes entretenus avec le territoire et puise à même des visions singulières de ce que représentent la nature, la culture, la connaissance, l’esthétique, l’expérience et les traditions.

Le vingtième anniversaire du Centre d’exposition de l’Université de Montréal aura été l’occasion d’explorer quelques-unes des nombreuses et riches collections que possède l’université, à la lumière de certains enjeux et notions communiqués par les œuvres elles-mêmes. À travers la peinture, l’estampe et le dessin, ces œuvres évoquent souvent des sites bien réels, tout autant que des espaces mentaux.

Publication de l’auteure : “ L’Idée du territoire : une exploration des collections “. Montréal : Centre d’exposition de l’Université de Montréal. 22 p.

Crédit photo : Guy L’Heureux

The Idea of Territory, an Exploration of the Collections — 2018

The Idea of Territory, an Exploration of the Collections: Edmund Alleyn, Kittie Bruneau, Maude Connolly, Stanley Cosgrove, Andrée S. De Groot, Yves Gaucher, Rita Letendre, Monique Mongeau, Kananginak Pootoogook, René Richard, Françoise Sullivan, the Marie-Victorin Archives and Herbarium, objects and tools used for seal hunting on ice provided by the Netsilik Inuits, an episode from the documentary series The Netsilik Eskimo, under the ethnographic supervision of Asen Balikci.

The Idea of Territory. Or, for that matter, the mental representation of a territory characterized in large part by the cold. As such, perhaps also The Idea of North—an idea that, up until recently, has had an aura of permanence, of timelessness even, which has suddenly disappeared. Today, the North is a place where rapid changes are taking place, both from a climate perspective and from a human one, and in 2017, the inauguration of a new passageway leading to the Arctic has crystallized these transformations. The North defines a substantial part of Canada’s and Quebec’s biodiversity: it is at the core of the natural selection process of the bird, mammal and plant species that comprise our landscapes. The North inhabits the imagination of the First Peoples, particularly the Inuits’, whose way of life and culture have been deeply impacted by European colonization. The image of the Northern territory has also inspired artistic and scientific research seeking to understand its complexities. At the intersection of visual arts, anthropology and botany, this exhibition examines relationships with the territory and raises unique perspectives on aesthetics, culture, experience, knowledge, nature and tradition.

The 20th anniversary of the Centre d’exposition de l’Université de Montréal has provided an extraordinary chance to explore some of the numerous and rich collections of the University with respect to some of the issues and notions communicated by the artworks themselves. Through painting, print and drawing, these artworks often depict actual sites, as much as imaginary and mental spaces.

Crédit photo : Guy L’Heureux